c=photos ?

7 endroits impressionnants au Maroc que les Marocains ne peuvent pas visiter (happyknowledge.com)

Dernière mise à jour
Posté par Citoyen marocain

Indice : ces endroits sont revendiqués par le Maroc.

Ces endroits sont géographiquement et historiquement au Maroc. Pourtant, pour pouvoir visiter ces villes et ces îles impressionnantes, les Marocains ont besoin d’un visa et d’un passeport. Donc, pour vous, on a rassemblé les plus belles photos pour surtout contempler les paysages.

1- La ville de Sebta : enclave espagnole revendiquée par le Maroc

Sebta, ou encore appelée Ceuta, est une ville autonome espagnole formant une encoche sur la côte nord du Maroc en Afrique. Située sur le côté méditerranéen du détroit de Gibraltar, en face de la péninsule Ibérique, à environ quinze kilomètres des côtes de la province espagnole de Cadix, elle est revendiquée par le Royaume du Maroc depuis 1956.

Depuis son indépendance en 1956, le Maroc revendique cette enclave, tout comme Melilla et les autres Plazas de soberanía, ceci bien que dans le traité de cessation du protectorat il ne fut fait mention des deux enclaves (existantes avant ledit protectorat espagnol) ou comme n’étant pas “continental” car insulaires pour les “présides”.
Historiquement et géographiquement, Sebta est une ville marocaine.

Texte pour malvoyants

Texte pour malvoyants

Texte pour malvoyants

Photo : David Astorga

2- Melilla : enclave espagnole revendiquée par le Maroc Melilla

En descendant du mont Gourougou qui domine la région, on est en face d’un très beau panorama de la ville Melilla. C’est bien Melilla et non Melilia comme disent injustement les marocains. Dans tous les livres d’histoire marocains, espagnols ou français, on dit Melilla, qui voudrait dire en Amazigh La Blanche.

Melilla est une ville autonome espagnole située sur la côte nord-ouest de l’Afrique, en face de la péninsule Ibérique, appartenant à la région géographique du Rif oriental et formant une enclave dans le territoire marocain. Administrée en tant que partie de la province de Malaga avant le 14 mars 1995, elle détient depuis le statut d’une ville autonome, assez proche de celui d’une communauté autonome espagnole.

La ville de Melilla est revendiquée par le royaume du Maroc tout comme Ceuta. Profitant de l’affaiblissement économique et militaire qu’a connu le Maroc au XVe siècle l’Espagne occupa la ville en 1497.

La souveraineté espagnole sur Ceuta et Melilla n’est reconnue ni par l’Union africaine5, ni par l’Organisation de la conférence islamique, ni par la Ligue arabe, ni par l’organisation de l’Union du Maghreb arabe, les pays membres de ces quatre organisations considérant que l’Espagne doit décoloniser ces territoires et les restituer au Maroc. De plus, Melilla ne bénéficie pas de la protection de l’OTAN6. Cette souveraineté est, à l’opposé, reconnue par les textes d’adhésion de l’Espagne à la Communauté européenne.

Texte pour malvoyants

Texte pour malvoyants

Texte pour malvoyants

3- Alborán : île de Méditerranée occidentale, sous contrôle de l’Espagne, revendiquée par le Maroc

Alborán est un petit ilot situé à 75 kms des côtes Marocaines et à 84 Kms des côtes Espagnoles. De forme triangulaire il a une superficie de 7 Ha et culmine à 15 m.
L’île a servi de place logistique à l’Espagne en 1497 lors de l’occupation de Melilla.Ce n’est qu’en 1968 que l’Espagne occupât en permanence le rocher pour faire barrage aux soviétiques qui ont tenté d’installer une base de pêche.

La Mer d’Alboran contient de nombreuses espèces de plantes et d’animaux endémiques, d’importantes colonies d’oiseaux marins reproducteurs, des communautés d’invertébrés sous marins riches et colorées, des mammifères marins en migration et d’importants bancs de poisons de diverses espèces.

Texte pour malvoyants

Texte pour malvoyants

Texte pour malvoyants

4- Îles Chafarinas : îles sous contrôle de l’Espagne, au large du Maroc, qui les revendique.

Les Îles Chafarinas sont composées de 3 ilots (Ile du Congrès, Ile Isabelle2 et Ile du Roi) se situent à l’embouchure de Moulouya, en face de la station balnéaire Ras El Ma. Ces 3 îles sont distantes de 4 Kms environ des côtes Marocaines et sont situées dans une mer calme et peu ventée.

Ces îles on joué un rôle stratégique lors du siège de Melilla en 1774
Leur importance est devenue évidente lors de l’invasion de l’Algérie par les troupes Françaises en 1830, quand la résistance des tribus Ben Snassen y a trouvé d’excellentes bases.

Devant l’intérêt croissant des Anglais, Allemands, Français pour ces iles, situées à l’embouchure d’un grand fleuve dans une riche région, l’Espagne a mis tout le monde devant le fait accompli en occupant ces îles le 6 janvier 1848, en prétextant ses intérêts vitaux dans la région.

Texte pour malvoyants

Texte pour malvoyants

5- Îles Canaries : îles se situant à 150 km du Maroc et à 1 500 km de l’Espagne, revendiquées par le Maroc selon la loi maritime

Les îles Canaries, en espagnol : Canarias ou Islas Canarias, sont dix-sept communautés autonomes espagnoles. Elles sont situées dans un archipel atlantique, à quelque 150 km à l’ouest du Maroc et à plus de 1 000 km du sud de la péninsule Ibérique.

Selon plusieurs études génétiques menées dans les années 2000 sur des restes de momies guanches, cette population préhispanique était d’origine berbère d’Afrique du Nord-Ouest.

Plusieurs vagues de migrations berbères ont peuplé cet archipel plus proche du Sahara que de l’Espagne. Allal El Fassi avait d’ailleurs inclus les Canaries dans son projet de « Grand Maroc ».

Texte pour malvoyants

source

Texte pour malvoyants

On y trouve le parc national de Timanfaya

L’île de Lanzarote, dont la plus grande partie est d’origine volcanique, montre pas moins de 100 volcans totalisant presque 300 cratères. les éruptions majeures qui ont façonnée l’île ont eu une durée de 6 années (entre 1730 et 1736) et la lave a recouvert environ 167 km2 de la surface de l’île.

Le parc national de Timanfaya, dans le sud-ouest de l’île, comprend 32 cônes volcaniques qui ont rejeté 8 millions de mètres cube de lave et qui ont couvert une surface de 51,07 km2, qui constituait une terre parmi les plus fertiles de Lanzarote.

Texte pour malvoyants

Source

5- Leyla: îlot inhabité, revendiqué par le Maroc et l’Espagne.

Îlot Leyla ou l’île Persil pour les espagnols est situé à 200m des côtes marocaines, et à quelques Kms à l’ouest de l’enclave de Sebta, juste en face d’un petit village de pécheurs, Belyounech . L’ilot possède une très belle vue sur Tarifa et Gibraltar. C’est un prolongement granitique de Jbel Moussa( frère jumeau de Gibraltar), situé juste en face. L’île était fréquentée par quelques bergers Marocains.

Parmi les noms connus de ce rocher, je cite : L’ile de Corail dans l’antiquité. Puis Thaoura ou Toura (nom Amazigh). Les Espagnols la nomment l’ile Perjil (Persil) car de grandes touffes de persil y croissaient. L’ile est très connue au Maroc sous le nom de Leyla.

Quand en 1956 l’Espagne lève le protectorat imposé en 1912, le Maroc considère l’ilot qui se trouve dans ses eaux territoriales comme le sien. Ce conflit a failli dégénérer en guerre quand le 10 Juillet 2002 10 gendarmes Marocains ont mis les pieds sur l’ilot pour enquêter sur des contrebandiers ou des trafiquants.

7 jours plus tard l’Espagne a organisé une grande opération militaire estimée à 1 million d’Euros avec sous marins, hélicoptères, commandos pour récupérer le bout de rocher. Le Maroc crie à l’agression coloniale.

Un accord est conclu sous l’égide des USA en maintenant le statuquo : pas de souveraineté et pas de présence civile ou militaire des 2 pays.

Texte pour malvoyants

6- Peñón de Vélez de la Gomera ou l’île Badis est sous contrôle de l’Espagne, proche du Maroc, qui les revendique

Jamais un aussi petit bout de rocher n’a engendré une histoire aussi chargée. Située en Méditerranée au bout d’une mauvaise piste poussiéreuse et cahoteuse de 16 kms (et une heure) qu’on prend, à quelque 30Kms venant d’Al Hoceïma vers Tétouan par la nouvelle rocade côtière.

La presqu’île tire son nom Marocain Badis de la ville juste à coté, jadis prospère port de commerce et il n’en reste que quelque ruines difficiles d’accès. Les Espagnols l’appellent Peñón de Vélez de la Gomera.

Le rocher ou plutôt les 2 rochers font 225m sur110m haut de 100m. Reliés à la terre par un isthme de 70m.

Le 6 Septembre 1564 une Armada de plus de 135 navires et de 18000 hommes récupéra le rocher, sous le commandement de l’Espagnol García Álvarez de Toledo. Repartis comme suit : 4500 Espagnols, 3000Allemands, 2000Portugais, 2000Napolitains, 2500 Siciliens et Maltais et 4000 d’autres nationalités. Les Marocains n’ont eu aucune chance, le pouvoir central étant agonisant.

Au siècle dernier il était occupé par 400 bagnards et leurs gardes.

Depuis la fin du protectorat, personne ne comprend pourquoi l’Espagne se maintient sur ce bout de rocher, perdu et sans aucun intérêt stratégique ou politique, très couteux à occuper.
Sur ces photos, les frontières sont les petites barques.

Texte pour malvoyants

Texte pour malvoyants

Texte pour malvoyants

7- Peñón de Alhucemas : île sous contrôle de l’Espagne, proche du Maroc, qui les revendique

Le Peñón de Alhucemas ou encore île de Nokkor, appelé par les Rifains du nord du Maroc, est une petite île méditerranéenne au large des côtes du Maroc.. Outre l’île elle-même, y sont rattachés deux îlots inoccupés : l’isla de Mar (« île de Mer ») et l’isla de Tierra (« île de Terre ») ; l’ensemble forme les îles Alhucemas.

L’île est située à 300 m au large du Maroc, face à la ville d’Al Hoceïma (en espagnol Alhucemas, autrefois Villa Sanjurjo), à 155 km à l’est de Ceuta et 100 km à l’ouest de Melilla.

Situé juste en face de la plage de Sfiha, à huit kilomètres du centre, l’île Nokkor, avec sa beauté attire, retient le regard et donne l’impression d’un navire de pierre blanche chargé de maisons collées les unes aux autres, avec ses casernes, ses boutiques, son église et sa tour pointant vers le ciel comme un mât de hune.

Le rocher d’Al-Hoceima a connu d’innombrables revirements tout au long de son histoire. Malheureusement, aujourd’hui c’est toujours la bannière espagnole qui y flotte.

En 1479, l’ilot fut attaqué et sa population massacrée par les portugais (150morts). Devant cet intérêt grandissant, les espagnols se sont empressés de l’occuper en y envoyant le 28 Août 1673 une flotte de 13 navires de guerre qui l’ont occupé rapidement en massacrant les 25 gardiens marocains.

Les anglais, après une tentative de débarquement de force en 1869 ont essayé sans succès de l’acheter à l’Espagne.

Lors de la guerre du Rif, elle fut volontairement épargnée par Mohammed Ben Abdelkrim El Khattabi pour servir de lieu de rencontre, de négociations et d’échange de prisonniers. Elle servit aussi de bagne au siècle dernier.

Texte pour malvoyants

Texte pour malvoyants

Texte pour malvoyants

A découvrir aussi dans la rubrique photos





Suggestion d'articles similaires de happyknowledge.com


Découvrir




Annonce
Trendorama
News du Maroc
Pour les gens pressés !
www.trendora.ma




S'abonner à la newsletter h-ebdo

Pour recevoir des articles similaires.

photos

Communité créée par admin

l'art des enregistrements lumineux, les images intéressant les marocains

Indications

None