c=photos ?

13 photos exceptionnelles de Casablanca qui dévoilent des moments historiques peu connus (happyknowledge.com)

Dernière mise à jour
Posté par Citoyen marocain

L’histoire de la ville de Casablanca en photographies qu’il faut absolument voir !

Casablanca né de rien, ne fut qu’une étendue de terre non aménagée où depuis sa création quelques pêcheurs et artisans se sont installés. Bien que le développement de Casablanca ait débuté avant l’arrivée des français en 1907, le protectorat a permis l’envolé économique de la ville.

Présentée comme sans histoire par rapport aux villes impériales, la ville de Casablanca a su affirmé son héritage culturel. Sans son passé riche et glorieux, Casablanca ne pourrait être la plus grande ville du royaume : l’apport du protectorat est évident et la ville est redevable à ces urbanistes européens qui ont eu l’initiative de créer l’embryon d’une ville capable d’atteindre le stade d’une prestigieuse métropole mondiale.

C’est l’une des rares villes où l’urbanisme s’est exprimé par la modernité architecturale. En effet, la ville s’est vue doter de toutes sortes de nouveaux aménagements dans l’espoir d’élever Casablanca au rang d’une métropole moderne. A travers le temps, elle a su conserver un patrimoine architectural et culturel composés par différentes sociétés et différentes ethnies.

Aujourd’hui, Casablanca constitue un véritable chantier d’une ville amenée à grandir tout en alliant le rythme de la modernité. Cette dernière est toujours appelée à se métamorphoser pour répondre au rythme d’une l’urbanisation intensive.

1- Une des premières prises de vue de Casablanca en 1900

Texte pour malvoyants

Bien qu’elle n’ait pas connu un passé qui puisse la comparer aux cités impériales, avenues, boulevard, rues et bâtisses représentent son histoire. Sur cette photo, on peut apercevoir la grande horloge dans l’actuelle place de France. A l’aube du protectorat, cette ville situait sur le littoral atlantique comptait quelques 45 000 habitants. Casablanca était divisée entre la Médina pour les musulmans, le Mellah pour les juifs et le Tnaker.

2- Le marché central de Casablanca était le fleuron de Casablanca (aujourd’hui Boulevard Mohammed V)

Texte pour malvoyants

C’est l’une des premières réalisations de l’urbanisme new look de l’époque, mêlant fonctionnalité et cachet “mauresque”. Le marché central de Casablanca reste encore aujourd’hui un lieu privilégié de visite pour les touristes étrangers, en particulier nordiques. Il faut dire que la profusion des produits frais est un régal pour les yeux.

3- Les premières installations du port de Casablanca

Texte pour malvoyants

Casablanca était devenu le premier port du Maroc. Les travaux commencés avant le protectorat, avaient été interrompu, en 1907, par l’émeute et les opérations militaires. Des chantiers adjugés, en mars 1913, au groupe Schneider-Hersent se poursuivent pendant la guerre. Le petit port est achevé en 1917. Il faudrait savoir que le port au temps du protectorat était un lieu d’intense activité dans le domaine du transport des voyageurs et des marchandises.

4- Voici à quoi ressemblait la Sqala de Casablanca dans les années 90

Texte pour malvoyants

La Sqala est un monument historique qui se trouve à Casablanca, située face au port de pêche. Cette bâtisse du 18 ème siècle est l’un des rares vestiges du règne de Sidi Mohammed Ben Abdellah. Ayant choisi l’emplacement de Casablanca pour établir un grand port maritime, il décida de doter la ville nouvellement créée d’un dispositif défensif dissuasif sous forme d’une batterie de canons pointés vers l’océan Atlantique. Ce site a finalement et fort heureusement repris vie en 2002 grâce à la privatisation et s’est métamorphosé en café maure.

5- Olé ! Casa…

Texte pour malvoyants

Dans cette photo, une vue aérienne des arènes de Casablanca, aujourd’hui rasées. Les arènes de Casablanca se situaient sur le Boulevard d’Anfa et auraient été construites, au départ, en bois, entre 1910 et 1920. Elles appartenaient alors à une famille espagnole installée au Maroc depuis le 19e siècle.Ce n’est que vers 1953, deux ans avant l’Indépendance, qu’elles ont été ressuscitées grâce l’Espagnol, Don Vicente Marmaneu. Les arènes de Casablanca attiraient plusieurs interprètes et chanteurs internationaux. Connaissez-vous Dalida ou encore Johnny Halliday et bien ils furent subjugués par la magie des arènes et décidèrent de s’y produire attirant ainsi la foule casablancaise.

6- Le Mellah, quartier des juifs…

Texte pour malvoyants

Le mellah, l’ancien quartier juif, situé du côté opposé au rivage, n’était pas aussi strictement limité qu’il ne l’était dans la plupart des villes marocaines. Le quartier fut détruit en partie dans les années 30 lors de l’aménagement de la place de France, actuelle place des Nations-Unies, mais une synagogue fut construite en 1938, rue de la Mission. Tout cette partie du vieux Casablanca, située du côté de Bab Marrakech, a complètement disparu aujourd’hui.

7- La statue équestre du grand Lyautey a dominé la place administrative pendant des lustres

Texte pour malvoyants

La statue est inaugurée au centre de la place en 1938. Lors de l’indépendance du Maroc, elle est déplacée de quelques dizaines de mètres et orne désormais le jardin du Consulat général de France, ancien Hôtel du commandement militaire. La statue équestre du Maréchal Lyautey est signée de l’architecte Marchisio et du statuaire François Cogné (1876-1952), également auteur, parmi de nombreuses autres oeuvres, de la statue de Georges Clemenceau sur l’avenue des Champs Elysées.

8- C’est tout ce qui nous reste du fameux hôtel d’Anfa, une photo. Cet édifice avait une charge historique très forte

Texte pour malvoyants

C’est le monument historique ou s’est tenu la conférence de Casablanca du 14 au 26 janvier 1943 à l’hôtel Anfa de Casablanca afin de préparer la stratégie des Alliés après la guerre à l’égard de l’Europe.Outre l’impact positif de la Conférence d’Anfa, qui contribua à faire connaitre le site d’Anfa, c’était un haut lieu des rencontres d’artistes étrangers, hommes d’affaires, touristes etc. Monument historique prestigieux qu’on aurait pu transformer en…musée ! Dans un article de presse, de Raymond Lauriac, publié juste après l’achèvement des travaux de rénovation et d’embellissement de « l’Anfa Hotel » en 1947, expliquait que le renom de l’hôtel Anfa s’était répandu jusqu’aux Etats-Unis.

9- Premières courses de voitures à Aïn Diab

Texte pour malvoyants

En 1952 la première course automobile eu lieu sur le circuit d’Aïn Diab. Elle avait pour nom les “12 heures de Casablanca”. De grands pilotes avaient tout de même fait spécialement le déplacement, Maurice Trintignant, Jean-Louis Rosier - fils de Louis Rosier - et Charles Pozzi étaient du groupe. Ferrari, aussi, avait spécialement fabriqué une voiture pour ce type de course en 1952, la “Ferrari 500 Mondiale”. Elle a participé à seulement deux courses, les Mille Miglia et les 12 heures de Casablanca.

10- Une photo inédite de Noualas, les premières constructions traditionnelles regroupées au Hay Mohammadi

Texte pour malvoyants

Hay Mohammedi était à l’origine un quartier-dortoir, et selon Abdeljalil Bekkar, on le considère toujours comme tel. «Quand le colonisateur a voulu construire une zone industrielle, il a pensé au quartier Roches Noires pour éloigner les usines des zones résidentielles». La main-d’œuvre qui a construit la première usine de l’énergie est venue de l’extérieur de Casablanca. Elle a commencé à faire des «nouala» avec la matière première disponible : carton, plastique. Après, les usines commençaient à importer la matière première dans de grands barils, les gens ont alors compris que c’est plus solide que le carton et le phénomène des bidonvilles est ainsi né.

11- L’immeuble « Nid d’abeille » à Casablanca 1952

Texte pour malvoyants

Vers la fin des années 40, la ville de Casablanca doit faire face à une importante crise du logement. Les populations s’entassent dans des bidonvilles alors que les villas et immeubles font rêver. En effet, ils regroupaient un peu plus de 50% des habitants du Maroc. Plusieurs architectes se sont chargés de l’aménagement de Casablanca. En plus des cités verticales, l’équipe d’architecte Georges Candilis et Shadrach Woods Candilis ont mis en œuvre l’immeuble nid d’abeille, un logement destiné aux populations arabes en adéquation avec les mœurs et les traditions arabes où les gens vivent les uns à coté des autres en respectant l’intimité familiale. L’expérience nid d’abeille de l’équipe Candilis sur cette photo sera la plus célèbre. Elle servira de modèle à Paris et à Marseille par la suite.

12- La villa El Mokri, un des symboles de la modernité architectural

Texte pour malvoyants

Les grandes villas coloniales balancent entre l’hôtel particulier parisien et les villas de la côte d’azur avec leurs terrasses et leurs vérandas. Mais celles qui retiennent l’attention des critiques, et que l’on verra régulièrement citées dans les magazines d’architecture, sont les villas néo-marocaines, comme la villa El Mokri, construite en 1932 de l’architecte Marius Boyer. Sur cette photo, on peut voir les éléments décoratifs marocains et l’agencement rappelant les hôtels particuliers parisiens. Il faudrait mentionner que l’association Casamémoire a vu le jour en 1995 suite à la démolition de la Villa Mokri en 1934.

13- L’entrée de la porte principale de la Foire Internationale

Texte pour malvoyants

La Foire Internationale de Casablanca « F.I.C. » a été fondée en 1937 sous la forme d’une société anonyme au capital de 4 millions de francs utilisant à l’origine les installations du Port de Casablanca. Ses principaux objectifs étaient de essentiellement de faire connaître les potentialités économiques du pays. Sur cette photo, on peut voir l’entrée de la porte principale de la Foire Internationale qui a été démolit pour laisser de la place aux annexes de la Mosquée Hassan II....on en parle très peu de ce bâtiment qui n’a été facile a réaliser.

A découvrir dans le même thème

A découvrir aussi sur le site

A découvrir pour les nouveaux visiteurs





Suggestion d'articles similaires de happyknowledge.com


Découvrir




Annonce
Trendorama
News du Maroc
Pour les gens pressés !
www.trendora.ma




S'abonner à la newsletter h-ebdo

Pour recevoir des articles similaires.

photos

Communité créée par admin

l'art des enregistrements lumineux, les images intéressant les marocains

Indications

None