c=photos ?

Les 8 choses à savoir sur l'histoire de Casablanca (happyknowledge.com)

Dernière mise à jour
Posté par Citoyen marocain

Présentée comme sans histoire par rapport aux villes impériales, la ville de Casablanca a su affirmer son héritage culturel.

Sans son passé riche et glorieux, Casablanca ne pourrait être la plus grande ville du royaume : l’apport du protectorat est évident et la ville est redevable à ces urbanistes européens qui ont eu l’initiative de créer l’embryon d’une ville capable d’atteindre le stade d’une prestigieuse métropole mondiale.

1- Le marché central de Casablanca était le fleuron de Casablanca

C’est l’une des premières réalisations de l’urbanisme new look de l’époque, mêlant fonctionnalité et cachet “mauresque”. Le marché central de Casablanca reste encore aujourd’hui un lieu privilégié de visite pour les touristes étrangers, en particulier nordiques.

Texte pour malvoyants

2- Casablanca était le premier port du Maroc

Texte pour malvoyants

Les travaux du port avaient commencés avant le protectorat et avaient été interrompu, en 1907, par l’émeute et les opérations militaires. Le petit port est achevé en 1917. Il faudrait savoir que le port au temps du protectorat était un lieu d’intense activité dans le domaine du transport des voyageurs et des marchandises.

3- Casablanca possédait des arènes où se produisait des articles de renommée internationale

Texte pour malvoyants

Dans cette photo, une vue aérienne des arènes de Casablanca, aujourd’hui rasées. Les arènes de Casablanca se situaient sur le Boulevard d’Anfa et auraient été construites, au départ, en bois, entre 1910 et 1920.

4- La statue équestre du grand Lyautey a dominé la place administrative pendant des lustres

Texte pour malvoyants

La statue est inaugurée au centre de la place en 1938. Lors de l’indépendance du Maroc, elle est déplacée de quelques dizaines de mètres et orne désormais le jardin du Consulat général de France, ancien Hôtel du commandement militaire.

5- A Casablanca s’est tenu la conférence d’anfa. Une rencontre importante pour la définition de la stratégie des Alliés après la guerre à l’égard de l’Europe

Texte pour malvoyants

Outre l’impact positif de la Conférence d’Anfa, qui contribua à faire connaitre le site d’Anfa, c’était un haut lieu des rencontres d’artistes étrangers, hommes d’affaires, touristes etc.

6-A Casablanca se sont tenues les premières courses de voitures à Aïn Diab

Texte pour malvoyants

En 1952 la première course automobile eu lieu sur le circuit d’Aïn Diab. Elle avait pour nom les “12 heures de Casablanca”. De grands pilotes avaient tout de même fait spécialement le déplacement, Maurice Trintignant, Jean-Louis Rosier - fils de Louis Rosier - et Charles Pozzi étaient du groupe. Ferrari, aussi, avait spécialement fabriqué une voiture pour ce type de course en 1952, la “Ferrari 500 Mondiale”. Elle a participé à seulement deux courses, les Mille Miglia et les 12 heures de Casablanca.

7- La ville de casablanca possédait son propre type de logement: l’immeuble « Nid d’abeille » à Casablanca 1952

Texte pour malvoyants

Vers la fin des années 40, la ville de Casablanca doit faire face à une importante crise du logement. Les populations s’entassent dans des bidonvilles alors que les villas et immeubles font rêver. En effet, ils regroupaient un peu plus de 50% des habitants du Maroc. Plusieurs architectes se sont chargés de l’aménagement de Casablanca. En plus des cités verticales, l’équipe d’architecte Georges Candilis et Shadrach Woods Candilis ont mis en œuvre l’immeuble nid d’abeille, un logement destiné aux populations arabes en adéquation avec les mœurs et les traditions arabes où les gens vivent les uns à coté des autres en respectant l’intimité familiale. L’expérience nid d’abeille de l’équipe Candilis sur cette photo sera la plus célèbre. Elle servira de modèle à Paris et à Marseille par la suite.

8- La villa El Mokri était un des symboles de la modernité architectural

Texte pour malvoyants

Les grandes villas coloniales balancent entre l’hôtel particulier parisien et les villas de la côte d’azur avec leurs terrasses et leurs vérandas. Mais celles qui retiennent l’attention des critiques, et que l’on verra régulièrement citées dans les magazines d’architecture, sont les villas néo-marocaines, comme la villa El Mokri, construite en 1932 de l’architecte Marius Boyer.

Articles sur Casablanca






Suggestion d'articles similaires de happyknowledge.com


Découvrir




Annonce
Trendorama
News du Maroc
Pour les gens pressés !
www.trendora.ma




S'abonner à la newsletter h-ebdo

Pour recevoir des articles similaires.

photos

Communité créée par admin

l'art des enregistrements lumineux, les images intéressant les marocains

Indications

None